En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts et/ou réaliser des statistiques de visites.

Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs.

Novak Djokovic Roland-Garros 2016

2016 : Djokovic écrit l'Histoire, Muguruza commence la sienne.

Novak Djokovic devient le huitième homme à avoir gagné au moins une fois les quatre tournois majeurs. Il rejoint Fred Perry, Donald Budge, Rod Laver, Roy Emerson, Andre Agassi, Rafael Nadal et Roger Federer en battant Andy Murray en finale, pour une victoire bien méritée après ses trois échecs par le passé sur la dernière marche (2012 et 2014 devant Nadal, 2015 devant Wawrinka). L'aboutissement est à la hauteur de l'attente : il devient le premier joueur depuis Rod Laver, en 1969, à détenir simultanément les quatre tournois du Grand chelem. De son propre aveu, ce 12e titre majeur est "peut-être le plus grand moment de (s)a carrière".
Chez les filles, Garbine Muguruza signe son avènement avec fracas. Elle perd un seul set de sa quinzaine, le tout premier, avant de dominer des adversaires du calibre de Svetlana Kuznetsova, Samantha Stosur et, en finale, la n°1 mondiale Serena Williams. Elle est la deuxième Espagnole à triompher à Paris, après Arantxa Sanchez. Et, à 22 ans, semble avoir tout le temps de marcher dans les traces de son aînées triple gagnante.

Cette édition, marquée par la météo peu clémente, voit également la consécration de Caroline Garcia et Kristina Mladenovic dans le double dames. On n'avait plus vu une paire 100% française sacrée à domicile depuis 1971.

Novak Djokovic (SRB) bat Andy Murray (GBR) 3/6 6/1 6/2 6/4
Gabine Muguruza (ESP) bat Serena Williams (USA) 7/5 6/3

 

2015 : Wawrinka en état de grâce, Serena à l’orgueil.

Lorsqu’il parvient (enfin) à dominer un Rafael Nadal quasiment méconnaissable en quart de finale (7/5 6/3 6/1), Novak Djokovic semble avoir un boulevard face à lui pour remporter (enfin) Roland-Garros, seul titre du Grand chelem qui lui résiste. Car si Stan Wawrinka titille le « Big four » depuis son succès à l’Open d’Australie un an plus tôt, personne n’imagine cependant que le Suisse va produire « le match de [s]a vie », selon ses propres mots, pour priver une fois de plus le Serbe du titre tant convoité. Devant un court Central à la fois médusé et conquis, Wawrinka est impressionnant d’autorité après avoir perdu le premier set (4/6 6/4 6/3 6/4). C’est la deuxième victoire suisse à Roland-Garros après Roger Federer en 2009, et la première victoire d’un trentenaire à Paris depuis Andres Gomez en 1990. Comme en 2013, Jo-Wilfried Tsonga atteint les demi-finales avec à la clé des victoires significatives sur Tomas Berdych et Kei Nishikori. Eliminé en quatre sets un jour de canicule par Stan Wawrinka (6/3 6/7 7/6 6/4), le Français est finalement celui qui pose le plus de problèmes à l’Helvète durant la quinzaine.
Si le tournoi féminin est logiquement remporté par l’incontestée n°1 mondiale Serena Williams, 5 de ses 7 matchs se dénouent au 3e set, un record pour une joueuse finalement victorieuse de l’épreuve. Au troisième tour, Victoria Azarenka mène ainsi 6/3 4-2 ; en huitièmes, Sloane Stephens passe à 3 points du match (6/1 5-4 0-15) ; en demies, la surprenante Timea Bacsinszky se détache 6/4 3-1 ; et en finale, Lucie Safarova (tombeuse de la tenante du titre Maria Sharapova en huitièmes), a l’avantage 2-0 dans le troisième set. Rien n’y fait : Serena Williams est la reine des remontées fantastiques et soulève finalement sa 3e coupe Suzanne-Lenglen, son 20e titre majeur, à 33 ans et 8 mois. Elle est la lauréate la plus âgée du simple dames à Paris.

Stan Wawrinka (SUI) bat Novak Djokovic (SRB) 4/6 6/4 6/3 6/4
Serena Williams (USA) bat Lucie Safarova (TCH) 6/3 6/7 6/2

 

2014 : Nadal, la preuve par 9.

Novak Djokovic envoie un signal fort en battant Rafael Nadal à Rome une semaine avant le début du tournoi. Est-il pour autant le favori ? Logiquement, l’Espagnol et le Serbe, têtes de série numéro 1 et 2, se retrouvent en finale pour un remake de 2012. Cette fois, c’est Djokovic qui prend le meilleur départ. Mais pour la sixième fois en six rencontres Porte d’Auteuil, le roi « Rafa » a le dernier mot, parvenant à éviter de peu un cinquième set qui s’annonçait très dur pour lui physiquement (3/6 7/5 6/2 6/4). Ce 9e titre parisien permet à Rafael Nadal d’égaler les 14 trophées majeurs de Pete Sampras, et de se rapprocher des 17 de Roger Federer. Du côté des Français, Gaël Monfils est un excellent quart de finaliste, seulement battu par Andy Murray en cinq sets. Mais l’on retient surtout la victoire en double du duo Julien Benneteau / Edouard Roger Vasselin, première paire française à s’imposer Porte d’Auteuil depuis Yannick Noah et Henri Leconte en 1984.
Chez les dames, le tournoi démarre par une série de coup de tonnerre avec les défaites des trois premières têtes de série (l’Américaine Serena Williams, la Chinoise Li Na et la Polonaise Agnieszka Radwanska) dès la première semaine. Maria Sharapova et Simona Halep, seules joueuses du Top 8 encore en vie en quarts de finale, offrent une finale inédite. Halep, victorieuse du tournoi junior en 2008, est la première Roumaine finaliste à Paris depuis Virginia Ruzici en 1978 ! A l’image de son parcours, jalonné de matches difficiles à partir des huitièmes de finale (l’Australienne Samantha Stosur, l’Espagnole Garbine Muguruza et la Canadienne Eugénie Bouchard remportent toutes le premier set face à elle), la Russe a besoin de 3h02 pour dominer une Halep conquérante et peu impressionnée par l’enjeu (6/4 6/7 6/4). C’est seulement deux minutes de moins que la plus longue finale dames de l’histoire du tournoi, Graf – Sanchez en 1996.

Rafael Nadal (ESP) bat Novak Djokovic (SRB) 3/6 7/5 6/2 6/4
Maria Sharapova (RUS) bat Simona Halep (ROU) 6/4 6/7 6/4

 

2013 : « Rafa », Serena, les indestructibles.

Le huitième titre de Rafael Nadal à Paris, qui distance désormais Björn Borg de deux longueurs, parait très loin d’être acquis quand débute la quinzaine. Daniel Brands et Martin Klizan lui subtilisent en effet le premier set lors de ses deux premiers tours, et font sérieusement planer le spectre d’une défaite de l’Espagnol – Brands mènera même 3 points à 0 dans le tiebreak du deuxième. Mais comme souvent, Nadal retrouve son meilleur niveau au fil des tours et remporte une fois de plus son duel face à Novak Djokovic, qui le force tout de même en demi-finale à disputer son deuxième match en cinq sets à Paris. Sous une chaleur accablante, le Serbe parait même en mesure de battre enfin son rival en menant d’un break d’avance au cinquième set. Mais à 4-3, une étourderie de Djokovic (qui touche le filet en déposant une volée facile) offre une balle de débreak à Nadal qui en profite pour se relancer, avant de finalement s’imposer (6/4 3/6 6/1 6/7 9/7) en 4h37. David Ferrer sera bien moins résistant le surlendemain en laissant Nadal triompher sans histoires (6/3 6/2 6/3). A 31 ans, l’inusable numéro 2 espagnol joue là tout de même sa première finale majeure après avoir mis fin au beau parcours de Jo-Wilfried Tsonga, vainqueur sans bavure de Roger Federer en quart de finale et premier Français à accéder au dernier carré depuis Gaël Monfils en 2008.
31 ans, c’est aussi l’âge de celle qui est redevenue numéro 1 mondial, Serena Williams. Onze ans après son unique victoire parisienne, l’Américaine s’impose à Roland-Garros pour la deuxième fois en battant en finale la tenante du titre, la Russe Maria Sharapova. Le choc est moins serré que prévu, l’Américaine l’emportant assez tranquillement en deux sets (6/4 6/4). Serena est la deuxième joueuse la plus âgée à triompher Porte d’Auteuil. Les onze années séparant sa première de sa seconde victoire sont également un record.

Rafael Nadal (ESP) bat David Ferrer (ESP) 6/3 6/2 6/3
Serena Williams (USA) bat Maria Sharapova (RUS) 6/4 6/4

 

2012 : Nadal dépasse Borg… un lundi

Les deux victoires de Rafael Nadal sur Novak Djokovic à Monte-Carlo et à Rome ne changent pas la donne : pour de nombreux observateurs, le Serbe, tenant du titre des trois autres tournois du Grand chelem, est encore le grand favori ! Après deux alertes rouges, une première contre Andreas Seppi, qui prend les deux premiers sets en huitièmes de finale, et une seconde contre Jo-Wilfried Tsonga, qui bénéficie de quatre balles de match au tour suivant, le Serbe ne les fait pas mentir en atteignant la finale pour la première fois. Mais il est derechef dominé par l’Espagnol, comme en 2006, 2007 et 2008, dans un match qui va s’échelonner sur deux jours. Mené 6/4 6/3 et 2-0, le Serbe profite d’une pluie fine qui neutralise le lift adverse pour aligner 8 jeux de suite, enlevant le troisième set et réalisant le break d’entrée dans le quatrième… juste avant que la pluie ne redouble et pousse à l’interruption de la finale. Elle ne reprendra que le lundi et, dans des conditions de jeu « normales », verra Nadal reprendre les commandes. Il s’impose 7/5 dans ce quatrième set et inscrit son nom pour la septième fois au palmarès, dépassant ainsi le record de six titres, que l’on croyait intouchable, du légendaire Björn Borg !
Chez les dames, Maria Sharapova devient la dixième joueuse de l’histoire à remporter au moins une fois les quatre tournois majeurs. Profitant des défaites en première semaine de la Biélorusse Victoria Azarenka, de la Polonaise Agnieszka Radwanska et de l’Américaine Serena Williams (battue d’entrée par la Française Virginie Razzano lors du match le plus émouvant de la quinzaine), la Russe ne connait pas de problèmes en finale (6/3 6/2) face à l’étonnante Italienne Sara Errani, tombeuse d’Ana Ivanovic, Svetlana Kuznetsova, Angelique Kerber et Samantha Stosur précédemment ! Grâce à cette victoire, Sharapova reprend la place de numéro 1 mondial. Errani, elle, se console avec le titre du double dames.

Rafael Nadal (ESP) bat Novak Djokovic (SRB) 6/4 6/3 2/6 7/5
Maria Sharapova (RUS) bat Sara Errani (ITA) 6/3 6/2

 

2011 : Et de six pour Rafael Nadal !

Sixième titre à Roland-Garros pour l’Espagnol Rafael Nadal, qui rejoint Bjorn Borg au palmarès du plus grand nombre de victoires à Paris. Inquiété au premier tour par l’immense serveur John Isner (6/4 6/7 6/7 6/2 6/4), « Rafa » ne perd ensuite aucun set sur la route de la finale. Le dernier dimanche, il domine pour la cinquième fois à Paris le Suisse Roger Federer. C’est toutefois leur match le plus serré Porte d’Auteuil, et le Bâlois a sa chance dans chaque set qu’il perd (7/5 7/6 5/7 6/1). Pour la première fois depuis Gustavo Kuerten en 2001, le N°1 mondial l’emporte à Paris. Le match du tournoi a lieu en demi-finales, quand Federer bat le Serbe Novak Djokovic, très bientôt N°1 mondial, à l’issue d’une partie somptueuse, l’une des plus belles de l’histoire du tournoi, achevée à la tombée de la nuit (7/6 6/3 3/6 7/6).
Chez les filles, la première victoire d’une Chinoise en Grand chelem entraîne une véritable explosion médiatique : 47 millions de téléspectateurs ont assisté devant leur écran au triomphe de Li Na sur Francesca Schiavone ! Récente finaliste en Australie, Li Na lâche un set au premier tour, et encore un en huitièmes de finale contre la future lauréate de Wimbledon Petra Kvitova (2/6 6/1 6/3). Elle contrôle en revanche totalement sa finale contre la tenante du titre Francesca Schiavone, qui rate de peu le doublé à Paris.

Li Na (CHI) bat Francesca Schiavone (ITA) 6/4 7/6
Rafael Nadal (ESP) bat Roger Federer (SUI) 7/5 7/6 5/7 6/1

 

2010 : Nadal reprend la main.

Un an après sa défaite contre Robin Soderling, l’Espagnol Rafael Nadal prend sa revanche en finale des Internationaux de France. Invaincu sur terre battue en arrivant à Paris – il a réussi le triplé Monte-Carlo, Rome et Hambourg – le Majorquin ne perd pas le moindre set sur son parcours et, en finale, ne laisse pas une chance à Soderling, qui parvient quant à lui en finale à Paris pour la seconde année consécutive (6/4 6/2 6/4). En quarts, le Suédois a stoppé l’incroyable série de 23 demi-finales consécutives en Grand chelem de Roger Federer. Il prive en outre le tenant du titre du record de semaines passées à la place de N°1 mondial : Federer reste bloqué à 285, à une seule petite semaine de l’Américain Pete Sampras.
Premier titre en Grand chelem pour Francesca Schiavone : à 30 ans, l’Italienne, qui n’avait jusque-là jamais passé les quarts de finale dans les tournois Majeurs, saisit sa chance et, après avoir perdu un set au premier tour, n’en lâche plus un seul jusqu’au titre. Grosse performance également de l’Australienne Samantha Stosur, qui élimine tour à tour Justine Hénin, Serena Williams et Jelena Jankovic mais, trop crispée, rate quelque peu sa finale… tandis que Schiavone, totalement libérée, joue un match enthousiasmant. L’Italie n’avait plus été sacrée en Grand chelem depuis Adriano Panatta en 1976. C’était déjà à Roland-Garros.

Francesca Schiavone (ITA) bat Samantha Stosur (AUS) 6/2 7/6
Rafael Nadal (ESP) bat Robin Soderling 6/4 6/2 6/4

 

2009 : Federer dans l’histoire.

La délivrance : après trois finales perdues, le Suisse Roger Federer remporte enfin Roland-Garros. Vainqueur de Robin Soderling en finale, l’Helvète remporte là son 14e titre en Grand chelem, et devient seulement le 6e joueur à remporter au moins une fois chaque levée majeure. L’Histoire est au bout d’un parcours tumultueux, où il abandonne pas moins de 6 sets en chemin et passe à une poignée de points de la défaite en huitièmes de finale contre Tommy Haas (6/7 5/7 6/4 6/0 6/2). En demies, l’Argentin Juan Martin del Potro est également tout proche de lui faire prendre la porte (3/6 7/6 2/6 6/1 6/4). En finale en revanche, Federer sort le grand jeu contre Soderling et l’emporte en trois sets. Sitôt la balle de match jouée, il fond en larmes sur le court Central. C’est un Andre Agassi très compréhensif – il a connu la même émotion dix ans plus tôt – qui lui remet la Coupe des Mousquetaires. L’autre sensation de ce tournoi, c’est la défaite au stade des huitièmes de Rafael Nadal, terrassé par les grands coups de boutoir du Suédois Soderling (6/2 6/7 6/4 7/6). L’Espagnol était invaincu en quatre participations à Roland-Garros.
Des titres du Grand chelem, on en promettait beaucoup à Svetlana Kuznetsova en début de carrière. A 24 ans, la Russe au tennis complet mais au mental friable remporte, cinq ans après l’US Open, son deuxième Majeur. Après avoir remporté des matchs au cordeau contre Serena Williams et Samantha Stosur, elle dispose en finale de sa compatriote et N°1 mondiale Dinara Safina, totalement dépassée par l’évènement.

Svetlana Kuznetsova (RUS) bat Dinara Safina (RUS) 6/4 6/2
Roger Federer (SUI) bat Robin Soderling (SUE) 6/1 7/6 6/4

 

Vainqueur 2009

 

2008 : Nadal, “l’extraterrien”.

Il y avait Borg, il y aura Nadal. Trois décennies plus tard, Rafael Nadal remet au goût du jour les standards de domination de ‘l’extraterrestre’. Non content de remporter un quatrième Roland-Garros consécutif, égalant l’un des records de Borg à Paris, l’Espagnol ne perd que 41 jeux sur la route du titre, tout proche des 32 jeux abandonnés par Borg à la concurrence en 1978 ! En finale, Nadal ne fait pas de quartier face au N°1 mondial Roger Federer, laminé 6/1 6/3 6/0. L’Espagne remporte là son 12e titre à Roland-Garros en simple messieurs, dépassant les Etats-Unis et l’Australie et devenant du même coup le pays le plus titré aux Internationaux de France. Pour la première fois depuis Sébastien Grosjean en 2001, il y avait un Français en demi-finales du tournoi : Gaël Monfils, vainqueur notamment de David Ferrer (N°5) en quarts de finale.
Dans le tableau féminin, on remarque d’abord l’absente : Justine Hénin, lauréate de 4 des 5 dernières éditions de l’épreuve, a mis un terme brutal à sa carrière quelques semaines plus tôt. La relève semble pourtant fermement assurée quand la finaliste de l’année précédente, la jeune Serbe Ana Ivanovic, 20 ans, remporte le titre en ne lâchant qu’un set de sa quinzaine. En finale, elle bat la Russe Dinara Safina – petite sœur de Marat Safin. A 20 ans, elle s’apprête à monter sur le trône WTA… et l’avenir lui semble promis.

Ana Ivanovic (SER) bat Dinara Safina (RUS) 6/4 6/3
Rafael Nadal (ESP) bat Roger Federer (SUI) 6/1 6/3 6/0

 

2007 : Nadal et Hénin, toujours plus haut.

Troisième participation à Roland-Garros et troisième titre pour Rafael Nadal, qui rejoint au palmarès Ivan Lendl, Mats Wilander et Gustavo Kuerten, lequel lui remet justement la Coupe des Mousquetaires. Ce troisième Roland est aussi – pour l’instant – le plus « aisé » pour l’Ibère, puisqu’il ne perd pas le moindre set jusqu’à la finale. Même le Serbe Novak Djokovic, valeur montante de l’ATP, est facilement maîtrisé en demi-finales (7/5 6/4 6/2). Son ultime adversaire pour le titre est encore le N°1 mondial Roger Federer, qui vise une nouvelle fois le Grand Chelem à cheval sur deux saisons. La finale est serrée, mais le Suisse paie cher son manque de réussite sur les balles de break (1 convertie sur 17 opportunités) et s’incline, comme en 2006, en quatre sets.
Triplé aussi pour Justine Hénin, qui remporte son troisième Roland-Garros consécutif, le quatrième titre parisien de sa carrière. Comme l’année dernière, la Belge ne perd pas le moindre set en chemin. Elle reste ainsi sur une ahurissante série de 34 sets remportés consécutivement ! En finale, elle ne laisse aucune chance à la jeune Serbe Ana Ivanovic, 19 ans (6/1 6/2). Cette dernière a tout de même battu les têtes de série N°2 et 3, Maria Sharapova et Svetlana Kuznetsova, pour décrocher sa première finale en Grand chelem.

Justine Hénin (BEL) bat Ana Ivanovic (SER) 6/1 6/2
Rafael Nadal (ESP) bat Roger Federer (SUI) 6/3 4/6 6/3 6/4

 

2006 : Nadal et Hénin « comme à la maison ».

Alors que Roger Federer, lauréat des derniers Wimbledon, US Open et Open d’Australie, n’est plus qu’à un match du Grand Chelem à cheval sur deux saisons, il se voit barrer la route par le tenant du titre Rafael Nadal. Au troisième tour, le Majorquin a souffert pour venir à bout de Paul-Henri Mathieu, battu à l’issue d’une partie longue de 5h et à l’engagement physique époustouflant (5/7 6/4 6/4 6/4). Mais malgré une entame de finale poussive, Nadal prend petit à petit le contrôle du match. Son coup droit met au supplice le revers de Federer, qui s’effrite progressivement : « Rafa » s’impose finalement au jeu décisif du quatrième set. A 20 ans, l’Espagnol remporte déjà son deuxième Roland-Garros. Avec les présences de David Nalbandian et Ivan Ljubicic en demi-finales, les quatre premiers du classement ATP étaient au rendez-vous du dernier carré parisien.
N°1 mondiale, récente lauréate en Australie, Amélie Mauresmo était très attendue à Paris. Trop, peut-être… Celle qui s’apprête à remporter Wimbledon disparaît dès les huitièmes de finale contre la Tchèque Nicole Vaidisova. Le titre est pour la Belge Justine Hénin, qui conserve sa couronne encore plus facilement que Nadal puisqu’elle ne perd pas un set de tout le tournoi. En finale, elle bat la Russe Svetlana Kuznetsova (6/4 6/4). C’est la première fois depuis Jim Courier et Monica Seles, en 1992, que les deux tenants du titre conservent leur trophée.

Justine Hénin (BEL) bat Svetlana Kuznetsova (RUS) 6/4 6/4
Rafael Nadal (ESP) bat Roger Federer (SUI) 1/6 6/1 6/4 7/6

 

2005 : L’avènement Nadal.

C’est sa première participation à Roland-Garros et il triomphe déjà : Rafael Nadal, 19 ans, était favori à Paris après ses victoires à Monte-Carlo et Rome. En dépit de son manque d’expérience, il assume pleinement ce statut et remporte son premier titre du Grand chelem en ne concédant que deux sets en chemin : un à Sébastien Grosjean en huitièmes de finale, et un au surprenant Argentin Mariano Puerta, 37e mondial, en finale. Celui-ci sera quelques mois plus tard convaincu de dopage et suspendu. Le tenant du titre Gaston Gaudio disparaît quant à lui au stade des huitièmes de finale, battu par l’Espagnol David Ferrer (2/6 6/4 7/6 5/7 6/4). Il menait pourtant 4 jeux à 0 dans le cinquième set…
De son côté, Justine Hénin récupère son bien. Diminuée et battue dès le deuxième tour du tournoi en 2004, la Wallonne remporte son second Roland-Garros, non sans sauver une balle de match contre Svetlana Kuznetsova en huitièmes de finale (7/6 4/6 7/5). C’est la deuxième année de suite que la Russe tient la future gagnante du tournoi dans sa raquette mais ne parvient pas à conclure… Passé cet épisode, Hénin survole le tournoi et ne perd plus que 13 jeux en 3 matchs. En finale, Mary Pierce perd très vite tout espoir d’un second titre à Paris, s’inclinant 6/1 6/1. La Française avait pourtant battu la N°1 mondiale Lindsay Davenport en huitièmes de finale (6/3 6/2).

Justine Hénin (BEL) bat Mary Pierce (FRA) 6/1 6/1
Rafael Nadal (ESP) bat Mariano Puerta (ARG) 6/7 6/3 6/1 7/5

 

"Tu es formidable" a glissé Zinédine Zidane à Rafael Nadal après son premier titre à Paris.